Les contrats de mutuelle d’entreprise

Depuis le 1er janvier dernier, les entreprises sont contraintes de proposer à l'ensemble de leurs salariés une complémentaire santé qu'elles devront financer à hauteur de 50%. Toute entreprise, et ce peu importe sa taille, devra ainsi proposer une mutuelle sante à ses salariés, sachant que la cotisation sera payée à parts égales par l'entreprise et par le salarié. Trois choix s'offrent à l'entreprise pour proposer cette mutuelle, soit en passant par une mutuelle classique, un institut de prévoyance ou encore une assurance. En contrepartie de cette possibilité, l'employeur pourra jouir de divers avantages fiscaux mais également sociaux.

Le salarié aura la possibilité de pouvoir continuer à bénéficier de cette couverture santé 12 mois après son licenciement. Il est également possible de pouvoir inclure ses ayants droits dans le contrat qu'un salarié passe avec l'entreprise concernant sa mutuelle, bien que cela ne revêt aucun caractère obligatoire. Il faut savoir que le salarié peut tout à fait refuser de souscrire à sa complémentaire d'entreprise, à condition qu'il soit couvert par une mutuelle individuelle.

Mieux assurer les salariés

Le but de cette démarche est avant tout de pouvoir proposer à des millions de salariés des frais de soins beaucoup plus intéressants en comparaison de leur assurance privée. En effet, un niveau minimal de garanties a été fixé dans le cadre de la loi, que ce soit à travers les consultations avec la couverture de l'intégralité du ticket modérateur ou encore au niveau de l'hospitalisation, avec une prise en charge à 100% sans limitation de durée. Si vous désirez refuser votre mutuelle d’entreprise, alors il vous sera nécessaire de souscrire à une assurance en ligne, par exemple une assurance maladie Paris, afin de pouvoir être couvert en cas de pépin de santé.